midiaquatorzeheures

  • Dansons la ronde....

    Pin it!

    Avec mes petits personnages de porcelaine(allemagne 1860) j'ai composé une petite série de colliers sur le thème de rondes en utilisant juste du fil de fer et du ruban,de la ficelle,du tiius du fil à coudre...
    P1110601.jpg
    P1110589.jpg
    Dansons la capucine.....Et maintenant promenons nous dans les bois,enfin pendant que le loup n'y est pas..

    P1110714.jpg
    P1110700.jpg

    et aussi pendant qu'il ne pleut pas mais s'il se met à pleuvoir ,chère bergère il faudra renter ton blanc mouton....
    P1120100.jpg
    P1120113.jpg
    Enfin,j'ai oublié les rondes enfantines un instant pour évoquer l'amour:Mon coeur, mon amour, mon amour, mon coeur {x2}

    Ca dégouline d'amour,
    C'est beau mais c'est insupportable.
    C'est un pudding bien lourd
    De mots doux à chaque phrases :

    "Elle est bonne ta quiche, amour"
    "Mon coeur, passe moi la salade"
    Et ça se fait des mamours,
    Se donne la becquée à table.....

    Pour celui-ci,j'ai crée un coeur en tissu et mes anges sont bricolé avec des ailes et du fil de fer...P1110963.jpg
    P1110972.jpg

    On peut dire que travailler jusrte avec du fil de fer et des personnages c'est un jeu d'enfant mais pas toujours....


  • A bouche décousue

    Pin it!
    Un nouveau coup de coeur dans ma collection de tissus anciens...
    Cela a commencé par les chemises anciennes de bébé ,les brassières ...

    P1100013.jpg


    Des petits bonheurs molletonnés et finement décorés.
    Blanchis et bien repassés ils sont si émouvants.
    Oui ,moi qui déteste repasser ,alors là, avec en plus un peu d'amidon qui parfume et feutre l'ambiance du repassage c'est un bonheur qui a à voir avec la contemplation de ce travail ancien et les odeurs du passé.

    J'ai utilisé quelques unes de ces brassières pour composer une vitrine dans ma boutique de Caen ,en alternant ,une chemise,un napperon

    boutique.jpg

    .
    Beaucoup d'admiratrices pour ce linge de bébé (en provenance directe de la communauté Emmaus de Tailleville qui fait un travail de tri et de mise en beauté ,excellent avec le linge ancien...un mime d'or pour les couturières de la région.
    Après le décrochage des chemises ,relavées et rerepassées,je découvre ou redécouvre les bavoirs de bébé anciens ...Nouveau coup de foudre et cette fois ci pour les bavoirs.

    Ce sont des pièces de précision, en si peu de tissu les couturières développent tout leur savoir faire et avec une délicatesse inouïe , utilisent tout leur génie pour faire ce qu'il y a de plus fin pour le cou délicat de bébé.

    P1100022.jpg



    Je découvre ensuite les bonnets...

    P1100014.jpg



    Et avec tout ce petit linge je crée une guirlande comme les très tendances guirlande de fanions que l'on met dans le chambres d'enfants pour égayer ou souhaiter la bienvenue au bébé.
    Sur un biais très coloré "petit pan" voici le trousseau de bébé qui sèche au jardin.

    P1100056.jpg



    Aperçus dans une chambre aux murs gris et au soleil couchant

    P1100146.jpg


    P1100147.jpg


    P1100141.jpg



    Bien....
    Maintenant que mon atelier est bien organisé,et que je sui bien installée,nulle doute que d'autres créations naitront ici,en rapport ou non avec les bébés,mais toujours avec du linge ancien...

    P1100021.jpg


    P1100025.jpg


    P1100027.jpg


    P1100031.jpg




  • Sautoir:le syndrome Alicien

    Pin it!

    Je suis atteinte du syndrome Alicien...
    C'est à dire qu'avec mes créations et tout ce qui m'entoure il semble que je me complaise dans un monde imaginaire ,ou les éléments du passé et de mon enfance prennent une place importante... et je ne peux m'en échapper.Eh oui je fais partie de la minorité de personne ayant atteint l'age dêtre grand-mère ,qui se réveille en se disant bon à quoi est ce que je vais jouer aujourd'hui...ou plutot avec quoi et finalement il finit toujours par naitre de ce fatras un bijou ,une histoire,un sac,une histoire,une vision mervielleuse et je considère que mon travail est fini lorsque ce que je vois devant moi est auusi proche que possible de mon imagination.
    "Alice, acceptez l’offrande
    De ces gais récits enfantins,
    Et tressez-en une guirlande,
    Comme on voit faire aux pélerins
    De ces fleurs qu’ils ont recueillies,
    Et que plus tard, dans l’avenir,
    Bien qu’elles soient, hélas ! flétries,
    Ils chérissent en souvenir."
    (fin du poème en exergue d'Alice de Lewis Caroll)



    Lire la suite